Menu
 


   

Adja Boury Ndiaye, seconde épouse de Al amine: Une Linguère du Saloum dévouée à son époux

Mardi 26 Septembre 2017

Femme bénie par son époux, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, Adja Boury Ndiaye occupe la concession du défunt Khalife dans la cité du rail où elle a su perpétuer l'œuvre de Seydi El hadji Malick Sy.


Tout de blanc vêtue, Adja Boury Ndiaye, deuxième épouse de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, est une femme comblée. Elle a reçu la bénédiction et la satisfaction de son époux. Elle occupe le domicile cossu XXL du défunt Khalife général des Tidianes, au quartier résidentiel Carrière à Thiès où tout renvoie à Seydi El Hadji Malick Sy, dont un poster géant accueillie le visiteur à l'entrée. 


Assise sur un matelas posé à même les carreaux à l'arrière cour de sa maison, elle reçoit ses hôtes venus lui présenter leurs condoléances. Des photos géantes de Serigne Babacar Sy, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine et Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy sont accrochées au mur. La maison du Khalife, très propre, respire l'ordre et le luxe. A l'entrée, le jardin soigneusement entretenu, frappe l’œil du visiteur, avec ses belles fleurs de toute nature. Des fidèles venus d'horizons divers présentent leurs condoléances à l'épouse du Khalife. Elle les reçoit, se confondant en remerciements. A son tour, elle rend les mêmes civilités, leur présentant aussi ses condoléances. Lunettes-correcteurs sur le visage, elle demeure stoïque dans l'épreuve , égrenant religieusement son chapelet. 


Sokhna Adja Boury Ndiaye est mariée à Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine depuis presque 2 décennies. Contrôleur des impôts et domaines, elle a occupé de très grandes responsabilités au service fiscal à Dakar. Pour des raisons conjugales, elle va quitter la capitale sénégalaise et vient s'installer au domicile de son époux, dans la cité du rail où elle prendra plus tard sa retraite au Service des impôts et domaines. Âgée de 67 ans, Adja Boury Ndiaye est une Linguère du Saloum (Kaolack). Sa mère s'appelle Linguère Arame Bacar Mbodji, fils de Macoumba Kenou, qui était "Bour Saloum". "Elle est originaire du Saloum. C'est pourquoi aujourd'hui toute la famille est là pour soutenir cette brave femme", confie Thiandella Mbodji. 


Mamour Ndiaye, frère et confident de la 2nde épouse du Kahlife, dépeint sa sœur comme une femme dévouée au service de la Khadra. Elle a très tôt qu qu'elle avait une mission à remplir auprès des son époux. Moussa Ndao, chambellan du défunt Khalife, livre les confidences de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine sur sa seconde épouse. "Mon père m'a confié à Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine en 1984. Pendant 34 ans, nous avons vécu ensemble. Et déjà en 1986, il a commencé à me confier des responsabilités. C'est ainsi qu'il me remettait les dépenses quotidiennes de ses épouses. C'est moi-même qui venait toujours apporter la dépense de Sokhna Adja Boury Ndiaye", confie-t-il. M. Ndao a toujours servi d’intermédiaire entre Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine et Sokhna Adji Boury Ndiaye . 


Un jour, dans la chambre du Khalife,avec Dieu comme seul témoin, Al Amine lui a fait cette confidence. "Moussa ! Tu témoigneras que Sokhna Adji Boury Ndiaye a ma bénédiction", lui avait-il dit. Quand Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine était à Tivaoune ou dans ses champs à Boulel (Kaffrine), Moussa Ndao était toujours le dernier à le voir, avant la Tabaski. Nous étions toujours ensemble jusqu'à 3 ou 4 heures du matin. Je lui préparais son lit, lui remettais son pyjama et éteignais les lampes. Je peux dire que Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine est satisfait de son épouse. Car, Sokhna Boury est restée sans rechigner au domicile du Khalife à Thiès . Elle ne se plaint pas de savoir si son époux vient la voir ou non. Elle ne se plaint pas non plus des avoir s'il lui donne la dépense ou non", révèle Moussa Ndao. 


Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine lui a même dit que c'est Sokhna Boury qui paie l'eau de la maison et règle toutes les factures de sa poche. Elle n'attendait rien de lui. Elle a engagé aussi toutes les transformations dans la maison. Lors de son dernier séjour à Boulel, Serigne Abdoul Aziz Al Amine qui savait que la dépense de son épouse était certainement terminée, était rassuré de savoir qu'elle ne s'en plaindrait pas. Sokhna Boury est une épouse accomplie. "Très discrète, elle a toujours vécu ainsi avec Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine. Elle ne réclamait rien et ne se plaignait jamais", dit Moussa Ndao. 


L'Obs
 
 
newspalba


Nouveau commentaire :